Taxonomie

Marmorosphax tricolor (Bavay 1869)
endemique
protegee

Nom vernaculaire :

Le scinque à gorge marbrée

Statut liste rouge -


Espèce protégée -

en Province Sud , en Province Nord

Description

Description:

Une espèce de scinque modérément grande, présentant une longueur de corps de 66mm, avec des membres modérément bien développés et une queue de 150% la longueur du corps. La couleur et le modèle des mâles adultes est très diffèrent chez les femelles adultes et les jeunes. Les mâles adultes sont normalement, dans l'ensemble, d'un brun moyen à clair avec un éclat rougeâtre sur les côtés, tandis que les femelles sont typiquement de deux tons, un peu plus clair dessus et plus sombre avec des points pâles sur les côtés. Les deux sexes ont des marques sombres, éparpillées sous chaque côté du corps et sur la gorge, mais elles sont plus prononcées chez les femelles. Les écailles du corps ont 3 crêtes ou carènes distinctes (pour plus de détails voir : Bauer & Sadlier, 2000 The Herpetofauna of New Caledonia).

Distrubution

L'espèce est largement répandue à travers la Nouvelle-Calédonie, mais avec une distribution éparpillée sur la côte ouest. Distribution en Province Sud : l'espèce a été observée dans de nombreux sites dispersés sur l'ensemble de la Province depuis Kwa Neie au Mt Sindoa dans le Sud, au Plateau de Dogny et le Col des Roussettes dans le Nord. Elle est connue seulement de quelques sites à basse altitude sur la côte ouest. Ce qui reflète à la fois un manque de collectes et d'observations pour les habitats en forêt humide.

Distribution en Province Nord: l'espèce a été observée dans de nombreuses localités sur la côte est et la chaîne et dans des restes de forêt humide sur les pics élevés de substrat ultramafique, sur la côte nord ouest, y compris le Massif de Koniambo, Mt Kopéto et le Massif du Boulinda.

Habitats:

sur l'ensemble de son étendue, l'espèce affectionne la forêt dense, humide , selon un gradient altitudinal large. Elle est aussi présente dans les maquis sur cuirasse des massifs ultramafiques et à la Plaine des Lacs.

Menaces:

A un degré potentiellement élevé les populations en forêt humide sont menacées par l'invasion importante de la fourmi électrique (Wasmannia auropunctata), dont le résultat potentiel est le déclin significatif de leur nombre. A un degré élevé, les habitats en forêts humides, isolées, d'altitude, sur substrat ultramafique sont menacés par les activités minières (y compris les forêts de talweg affectées par la pollution minière), dont le résultat est la régression de leur étendue et de leur qualité. A un degré élevé, les populations résidant en forêt humide sur les massifs du Nord Ouest sont menacées par l'action répétée des feux provenant des maquis adjacents dont le résultat est la diminution de l'étendue et de la qualité de leur habitat forestier. A un degré élevé à modéré mais localisé, les populations en forêts humides de moyenne altitude sur la côte est sont menacées par la disparition ou la modification de leur habitats dues aux plantations et à l'exploitation forestière A un degré, dans l'ensemble, moindre, les forêts humides à basse altitude sur la côte est sont menacées par l'ouverture de clairières pour l'agriculture locale dont les conséquences sont la disparition ou une plus grande fragmentation des habitats. A un degré moindre mais immédiat, les populations en forêts humides sur les Chaînes de la côte est et du Centre sont menacées par l'impact sur les lisières des incendies répétés provenant de la savane adjacente. Mais à un degré potentiellement élevé, a long terme avec ce processus, les habitats en forêt sont menacés dans leur étendue et leur qualité , A un degré généralement moindre, les populations sont menacées par les pestes exotiques telles que les rats et les chats (prédateurs des adultes, des jeunes et des oeufs), mais à un degré potentiellement élevé mais ponctuel, les menaces se font par les cochons sauvages qui occasionnent des perturbations dans des sites pouvant servir d'abri tels que troncs tombés et débris.

Statut de Conservation:

Faible Risque - moindre intérêt. Marmorosphax tricolor est répandu dans plus de 35 sites à travers toute l'île, représentant peut-être plus de 18 sous-populations. Dans la majeure partie de sa distribution, il est tributaire de la forêt humide, de sorte qu'à la fois, son extension et la qualité de ses habitats subissent vraisemblablement un décline continu. Il a été aussi récemment découvert dans le maquis sur cuirasse, un habitat favorable, typique, qui est grandement menacé par les activités minières. L'espèce a une très large distribution et ne satisfait pas aux critères d'une aire d'occupation la plaçant à un niveau quelconque de menace. Pour ces raisons il est plus approprié, pour le moment, de la placer dans la catégorie d'espèces à: Faible Risque - moindre intérêt (*basés sur les Critères IUCN modifiés de Sadlier & Bauer, 2003). Cependant, étant donné la préférence de l'espèce pour la forêt humide sur substrat non ultramafique, certaines populations proches des zones d'occupation humaine pourraient être menacées vraisemblablement, à long terme, par l'impact des incendies répétés, provenant de la savane, sur les lisières forestières, engendrant ou contribuant, en définitive, à la distribution ou à la modification des restes de forêt, au point de ne plus pouvoir supporter plus longtemps l'espèce. Une recrudescence des opérations anticipées, modernes, concernant l


Répartition géographique