Taxonomie

Notopteris neocaledonica Trouessart, 1908
endemique
protegee

Nom vernaculaire :

Roussette à queue, Notoptère de Nouvelle-Calédonie New Caledonia blossom-bat

Statut liste rouge -


Espèce protégée -

en Province Sud , en Province Nord

Description

Description Générale

Présente une longue queue libre. Pas de griffe sur l?index. Le canal infra orbital est placé en avant dans le museau, alors qu?il est au niveau des yeux chez les autres Mégachiroptères (Flannery, 1995b). L?oreille présente un petit tragus et les ailes sont insérées au niveau de la colonne vertébrale, et non sur les flancs. Longueur du Corps : Mâle 92-101 mm ; Femelle : 87.5-93 mm Queue : Mâle 43.5-53.5 mm ; Femelle : 50-54 mm Avant-Bras :Mâle 57.5-60 mm ; Femelle : 58-59 mm Tibia : Mâle 32.5-34 mm ; Femelle : 30-33 mm Oreille : Mâle 4-15 mm ; Femelle : 13.5-15 mm Pied : Mâle 17-20 mm ; Femelle : 16.5-20 mm Poids : aucune donnée... Orientation dans l?obscurité: N. neocaledonica présente bien des traits en commun avec l?espèce cavernicole africaine Rousettus aegyptiacus, le seul représentant connu chez les Mégachiroptères qui utilise l?écholocation pour se déplacer dans l?obscurité des cavités qu?elle habite. A partir de cette constatation, Nelson & Hamilton Smith (1982) ont tenté en 1965 de vérifier si N. neocaledonica utilise aussi l?écholocation. A l?aide d?un dispositif expérimental ils arrivent à la conclusion que N. neocaledonica se dirige en cavité exclusivement à la vue. Néanmoins, nos enregistrements ponctuels en cavité laissent supposer une aide au déplacement par des émissions sonores. La question reste encore posée.

Habitat

Sa préférence pour les habitats cavernicoles proches de forêts denses humides peu perturbées, probablement liée à son régime alimentaire, la rareté des gîtes localisés et son endémisme nous entraînent à lui conférer le statut « menacé » 

Gîtes diurnes: les colonies de N. neocaledonica ont été jusqu'à présent trouvé exclusivement en cavité, mais cette espèce pourrait aussi occuper des arbres creux (Sanborn & Nicholson, 1950). On peut supposer que sa biologie se rapproche de celle d?un autre Mégachiroptère cavernicole de taille semblable, Rousettus aegyptiacus, répandu en Afrique. A Hienghène, Sanborn & Nicholson (1950) ont trouvé une cavité calcaire ouvrant vers la mer, qui contenait une colonie d?environ 200 individus. Les chauves-souris étaient dans la seconde chambre de la cavité, dans une ouverture mesurant 4 pieds par 10 de longueur. A Poya, ils trouvèrent 300 individus dans deux chambres de la grotte. Nelson et al. (1982) décrit le gîte cavernicole de la grotte de Ninrin-Reu : les chauves souris sont accrochées aux plafonds de l?aven, à 300 m de l?entrée, dans une chambre d?environ 50 m de haut.

Reproduction

La biologie de N. neocaledonica n?a fait l?objet d?aucune étude poussée, tant sur le plan de la reproduction que des rythmes annuels. Des femelles gestantes furent capturées en juillet, et deux jeunes en août (Sanborn & Nicholson, 1950). 4 femelles capturées le 23 décembre 1965 portaient des jeunes, 3 autres étaient allaitantes mais sans jeune. Enfin 3 autres étaient gravides. 3 des 5 femelles capturées en Janvier avaient des embryons, suggérant que les jeunes sont sevrés en janvier (Nelson & Hamilton-Smith, 1982).

Alimentation

« Notopteris doit se nourrir pendant ses sorties nocturnes des fleurs du Niaouli (Melaleuca viridiflorens) de l?Erythrine, des fruits du Banian et d?une sorte de Ficus » (Trouessart, 1908).

Répartition en Nouvelle-Calédonie

Nouvelle-Calédonie, Grande Terre. Très rare. Trouvée essentiellement dans les régions de Hienghène et de Poya.

Particularité

Statut : menacée. (EN B1ab(i,ii,iii)+B2ab(i,ii,iii). ) "Selon l?ancien mode de classification de l?UICN. Les auteurs ont attribué à l?espèce le statut « Priority grade: 8 (No data: Limited Distribution) », et mentionnent que Tim Flannery (comm. pers.) exprime une vive inquiétude quant au statut du genre au Vanuatu et en Nouvelle-Calédonie. "
Sources : KIRSCH, R.A., TUPINIER, Y., BEUNEUX, G. et RAINHO, A. (2002) Contributions à l?inventaire chiroptérologique de la Nouvelle-Calédonie : Chiroptera Pacifica, Missions 2000 & 2001, Rapport final et recommandations. SFEPM, Groupe Chiroptères Outre-Mer.
 


Répartition géographique