Taxonomie

Nom vernaculaire :

phasmids

Description

Description Générale

-Corps extrêmement allongé -Pattes longues avec tarses à 5 articles -Ailes atrophiées ou absentes -Cerques courts (1 article) -Oviscapte rudimentaire

Répartition hors Nouvelle-Calédonie

"Environ 18 genres de Phasmes sont décrits de NC jusqu'à présent, parmi lequels presque 50 % sont endemiques de NC et des Iles Loyauté.
Le niveau d'endémisme des espèces est encore plus net. Il y a 38 espèces décrites originaires de NC dont 27 sont endémiques. Ainsi, presque 75% des espèces connues de NC sont endémiques.
(Bruno Kneubühler)

 

Particularité

Voir le site (en anglais): www.phasmatodea.com
Le listing et les schémas ont été transmis par Bruno Kneubühler.
Bruno Kneubühler et Oskar Conle se sont également chargés des identifications des photos.

PHASMATODEA - LES PHASMES
par Bruno Biron et Bruno Kneubühler
Le nom "phasme" provient du grec phasma signifiant "apparition" ou "fantôme", caractérisant leur capacité à se confondre avec leur milieu (mimétisme par homotypie et par homochromie). Les premières espèces ont été décrites par Carl von Linné en 1758 comme gryllus. Stoll, en 1787, qui, le premier, les qualifia scientifiquement comme des "phasmes?.
La plupart des espèces vivent dans les régions chaudes et humides, équatoriales et tropicales. Peu d'espèces sont présentes dans les zones tempérées.
Il existe peu d'ouvrages de références sur les phasmes. Ainsi, fréquemment, certaines espèces portent plusieurs noms ou ne sont que partiellement décrites - posant maintenant des problèmes de classification. Les collections des Muséums à travers le monde, pas toujours dans un bon état de conservation, restent des témoignages non négligeables et une aide certaine pour reclasser les espèces. Quand on déduit les synonymes, environ 2600 espèces sont décrites au monde.
Certaines espèces sont néanmoins menacées dans les régions ou l' homme gagne du terrain ( déboisement , pollution ... ) et ou l' écosystème est menacé par la disparition des plantes nourricières et les modifications climatiques... .
Les phasmes se nourrissent uniquement de la végétation sur laquelle ils vivent et se déplacent principalement la nuit . Ils sont Phytophages sans exeption.
Les phasmes sont des insectes à métamorphose incomplète, c'est à dire que les jeunes, dès la naissance, ressemblent aux adultes, ils sont des hémimétaboles.
La forme du corps des phasmes évoque une branche (comme les Carlius de NC) ou une feuille (comme les Chitoniscus de NC), ainsi ils sont très difficiles à apercevoir dans la nature. Le mimétisme est vraiment parfait ? ils sont les vrais maîtres du camouflage!
On peut répertorier les phasmes en trois catégories : les phasmes bâtons (comme les Carlius en NC), les phasmes épineux (comme les Canachus en NC), et les phasmes feuilles (comme les Chitoniscus en NC). Certaines espèces sont ailées mais n'ont pas toutes des ailes fonctionnelles pour le vol. Bien que leur taille soit très variable (de 1,4 cm à 33 cm sans les pattes selon les espèces ), ils ont le record de grandeur chez les insectes! Les phasmes les plus grands en NC sont les Gigantophasma qui font 17 cm long et les plus petits sont les Microcanachus ? seulement 20 mm pour les mâles et 28 mm pour les femelles.
Toutefois si un prédateur s?intéresse à un phasme ce dernier possède d?autres armes:
1) beaucoup d' espèces entrent en catalepsie s?ils sont dérangés, cet état de mort apparente peu durer plusieurs heures chez certaines espèces (immobilisme parfait)
2) d?autres phasmes (très peu d'espèces) projettent des liquides odorants ou irritants à l'aide de glandes de défenses situées de part et d'autre de la tête sur le prothorax ou ils provoquent un bruit de papier froissé en frottant leurs ailes pour effrayer les prédateurs éventuels
3) parfois la fuite en y laissant une pattes par mutilation réflexe. Lorsqu'une patte est saisie par un prédateur l?insecte peu volontairement perdre cette patte pour s?échapper (on parle alors d'autotomie). Le membre cédant au niveau d'une structure spécialisée. Toute patte perdue sera régénérée lors des mues suivantes . Il faut trois mues pour redonner une patte presque parfaite, seulement plus petite et avec un article du tarse en moins . Un adulte ne régénère donc pas sa patte.
Les prédateurs des phasmes dans la nature sont tous les mangeurs d'insectes (oiseaux , araignées, lézards...) et l' homme par ses prélèvements abusifs ou la destruction du milieu .
Le squelette extérieur des phasmes est rigide ce qui l?empêche de grandir. Seules certaines zones articulaires sont souples. Pour atteindre la taille adulte le phasme doit changer de peau. Cette étape est la plus dangereuse dans sa vie car des facteurs climatiques (humidité et température) dépend la bon déroulement de cette étape. De nombreux individus meurent ou perdent une ou plusieurs pattes à ce stade. Il va alors enfler progressivement pour atteindre jusqu'à 1.5 fois sa taille initiale. Après sa mue le phasme est fragile et mou. Le nombre de mue varie de 4 à 7 , la femelle ayant souvent une mue de plus que le mâle. Les ailes et la couleur définitive apparaissant généralement à cette dernière ( mue imaginale ). Généralement le phasme mange sa mue après en être sorti .
Chez les phasmes, le mâle est généralement plus petit que la femelle. Le dimorphisme sexuel est parfois si grand ( différence de taille ou de couleur et même d?aspect) que chez certaines espèces le mâle et la femelle ont longtemps été considérés comme deux espèces différentes.
Il existe deux modes de reproduction:
1) sexuée où le mâle féconde la femelle tout au long de sa vie (bien qu?il semble qu?une seule fécondation soit suffisante chez certaines espèces où le mâle a une durée de vie très courte)
2) pathénogénétique où il n?existe que des femelles qui pondent des ?ufs non fécondés ne donnant naissance qu?à des femelles. Il semble que ce mode soit valable pour une grande majorité des espèces sauf pour certains Heteropteryginae (comme Canachus en NC).
Les phasmes pondent des ?ufs qui ressemblent à des graines plus ou moins grosses . Leur nombre varie lors de la ponte de quelques dizaines à plusieurs centaines pendant la vie de la femelle. Les femelles les laissent tomber sur le sol où les enterrent - suivant les espèces.
Les temps d ?incubation des ?ufs varient d'une espèce à l'autre et sont aussi fonction des conditions climatiques ? principalement de 3 à 6 mois, mais chez quelques espèces jusqu'à 8 mois ou plus.
Le temps dont les nymphes ont besoin pour devenir adultes est très variable entre les espèces ? de 4 mois a plus de 12 mois. La durée de la vie est également variable entre les espèces ? de quelque mois a plus de 15 mois. En géneral la vie des mâles est plus courte que celle des femelles.
L'oeuf est composé de trois parties (voir schéma), la capsule donnant la forme à l'oeuf, l'opercule servant de couvercle obstruant l'entrée pour protéger l'embryon , et l'aire micropylaire ( plaque micropylaire ) région différente située dorsalement sur la capsule. Cette plaque comporte des pores microscopiques à travers lesquels l'oeuf est fécondé .
Comment et où on trouve les phasmes:
Ils semble que la période la plus prometteuse pendant l'année pour chercher des phasmes en NC soit du mois d'Octobre à Avril.
La recherche des phasmes pendant la nuit est beaucoup plus productive que pendant la journée.
Le meilleur moment pour trouver des phasmes semble être peu de temps après le coucher du soleil jusqu'à 23h, et il semble que les femelles apparaissent un peu plus tard pendant la soirée que des mâles.
S'il a plu vers la fin d'après-midi et que la végétation est encore humide lorsque l'obscurité surgit ou avec des précipitations pendant la nuit le nombre de spécimens localisés augmente fréquemment!
Il faut rechercher en bordure de forêt, sur les routes et les chemins de forêt, aux bord des rivières et des lacs, autour des clairières. Particulièrement aussi dans les régions vallonnées et montagneuses. Il faut rechercher dans la végétation du niveau du sol jusqu'à l'hauteur de 2m.
On peut aussi trouver des espèces de phasmes près des villages, dans des parcs ou même dans des jardins
Marchez lentement et soyez attentifs. Une recherche sérieuse peut couvrir 100 - 300 m par heure - mais la patience est toujours payante!
Si possible prenez une photo du phasme dans son milieu naturel et de la végétation sur laquelle il se trouve. De cette façon vous pouvez identifier la plante plus tard et vous pouvez envoyer la photo a Endemia ou Bruno Kneubühler pour être indentifiée.
Classification et répartition de l'ordre Phasmatodea: (voir tableau).
Littérature concernant la faune des phasmes de la Nouvelle-Calédonie : Brunner von Wattenwyl, K. (1907)
In Brunner von Wattenwyl, K. & Redtenbacher, 1. (1907). Die Insektenfamilie der Phasmiden. Lfg 2: Phasmidae anareolatae (Clitumnini, Lonchodini, Bacunculini). Leipzig: Verlag Engelmann, pp. 181-340 pls vii-xv
Redtenbacher, J. In Brunner von Wattenwyl, K. & Redtenbacher, J. (1908)
Die Insektenfamilie der Phasmiden. Lfg 3: (Schluss: Phasmidae anareolatae (Phibalosomini, Acrophylini, Necrosciini). Leipzig: Verlag Engelmann pp. 339-589
Westwood, J.O. (1859)
Catalogue of Orthopterous Insects in the Collection of the British Museum. Part I. Phasmidae.' pp. 1-184, 40 + 8 pl.
CARL, J. (1915)
Phasmiden von Neu-Caledonien und den Loyalty-Inseln. In: Sarasin, F. & Roux, J.: Forschungen in Neu-Caledonia. Zoologie, (2)2(9) : 173-194.
Carl, J. (1913)
Phasmides nouveaux ou peu connus du Museum de Geneve. Revue suisse de Zoologie, 21(1) : 1-56, pl. 21.
Le Guillou, E, J.F. (1841)
Description des Orthopteres nouveaux, recueillis pendant son voyage de circumnavigation sur la corvette Zelee. Rev. Zool. pp. 291-295.
Sharp, D. (1898)
Account of the Phasmidae, with notes on the eggs. pp. 75-94 pls vii-ix in Willey, A. (ed.) Zoological Results, Based on Material from New Britain, New Guinea, Loyalty Islands and elsewhere, collected during 1895, 1896 and 1897. Cambridge: University Press
Donskoff, M. (1988)
Phasmatodea de Nouvelle-Caledonie. 1. Nouvelles signalisations et description de Microcanachus n. gen. In: S. Tillier (ed. ), Zoologia Neocaledonia, 1. Memoires Mus. natn. Hist. nat., (A) 142 : 53-6
Stål, C. (1875)
Recensio Orthopterorum, Vol. 3, pp. 4-105. (Norstedt & Soner: Stockholm.)
Saussure, H. de (1868)
Phasmidarum novarum species nonullae, auctore. Revue et magazine de Zoologie Pure et Appliquée, (2)20: 63-70.

DONSKOFF, M. 1988. Phasmatodea de Nouvelle-Calédonie. 1. Nouvelles signalisations et description de Microcanachus n. gen. Mémoires du Muséum national d'Histoire naturelle 142: 53-60

 


Répartition géographique