Taxonomie

Philinopsis gardineri (Eliot, 1903)

Nom vernaculaire :

Philinopsis de Gardiner Gardiner’s Philinopsis

Statut liste rouge -


Description

Taille : 35 mm

Cet opisthobranche a un corps assez large comparé à sa longueur, composé d'un bouclier céphalique à l'avant, d'un bouclier postérieur qui se termine en deux courts lobes arrondis, et de deux parapodes qui remontent de chaque côté et s'incurvent vers le centre du corps. Peut atteindre 70 mm. Le bouclier céphalique l'aide à s'enfouir et à se glisser dans les fonds de sable ou sablo-vaseux.

L'arrière du bouclier céphalique est plus pointu et est parfois redressé lorsque qu'il se déplace.

Sur la tête arrondie se trouve une « bosse » due au système buccal.

Sa coloration est assez frappante : brun très foncé à noir de jais avec les bordures des parapodes et des « queues lobées » contournées d'une bande de bleu vif ou turquoise. Parfois quelques lignes crème/jaune se trouvent sur le corps.

Tous les Aglajidés sont des prédateurs carnivores ; il est probable que Philinopsis gardineri se nourrit de vers polychètes. Son système buccal, qui n'a pas de radula, est composé d'un long tube musculaire. Il n'est toujours pas déterminé exactement comment il mange sa proie, mais il est possible qu'il dévagine ce long tube pour chercher sa proie dans des trous ou des petites anfractuosités pour ensuite l' « aspirer ». Lorsque le tube est retiré dans le corps, il forme une « bosse » dans la tête.

Espèce hermaphrodite. Chez les Philinopsis, le pénis se trouve au niveau de la tête du côté droit et les organes femelles à l'arrière du corps du côté droit.

Pour s'accoupler, ils forment un cercle et interconnectent ainsi leurs organes génitaux pour procéder à un échange de gamètes mâles. Chacun des protagonistes pourra ensuite aller pondre de son côté.

Comme beaucoup d'Aglajidés, P. gardineri se déplace assez vite et suit les traces de mucus d'autres Philinopsis et de ses proies. Espèce diurne.

Au lieu de rhinophores, P. gardineri, comme toutes les espèces de cette famille, est équipé de poils sensoriels de chaque côté de sa bouche pour explorer son environnement.

Comme tous les Aglajidés, P. gardineri possède une glande qui émet une sécrétion jaune qui est capable de paralyser et de tuer d'autres organismes. Pourtant ces substances toxiques ne sont pas toujours produites et au vu de la position de cette glande à l'arrière du corps, il n'est pas encore déterminé si ces sécrétions sont utilisées pour attaquer ou pour se défendre.

Dans le bouclier postérieur se trouve une fine coquille très réduite.


Source : http://doris.ffessm.fr/Especes/Philinopsis-gardineri-Philinopsis-de-Gardiner-485


Répartition géographique