Taxonomie

endemique
protegee
UICN

Synonymes

Bocquillonia spinuligera AiryShaw

Statut liste rouge -

En danger critique d'extinction (CR) , évaluée le 10/09/2015

Espèce protégée -

en Province Sud , en Province Nord

Description

Description Générale

Arbrisseau de 0,5 - 1,50 m , souvent monocaule, tiges pubescentes à l'extrèmité puis glabrescentes, très rugueuses à cause des cicatrices foliaires et des stipules petites, triangulaires et persistantes.

Répartition en Nouvelle-Calédonie

Cette espèce du Nord-Ouest de la Grande Terre, est localisée à la Tiébaghi. Une ancienne récolte de Montrouzier provient de l'île Art (Bélep).

Habitat

Dans le maquis arbustif

Substrat

Sur sol plus ou moins érodé ou gravillonnaire issu de cuirasse ferrallitique démantelée, sur substrat ultramafique.

Feuille

Feuilles coriaces, glabres densément groupées au sommet des axes, les jeunes d'un beau rouge sombre verdissant avec l'âge, avec un pétiole très court et cylindrique, robuste, étroitement obovées, 9,5 - 24 x 1,5 - 7 cm, aigües ou acuminées au sommet, aigües ou obtuses à la base; marge fortement dentée; 10 - 20 paires de nervures secondaires bien visibles.

Phénologie (Fleur)

Fleurs rougeâtres nombreuses, sur des inflorescences très courtes naissant sur le vieux bois, sous les feuilles; les mâles avec 2 - 3 étamines; les femelles avec des stigmates d'abord dressés puis étalés.

Fruits

Capsules sphériques; graines épaisses

Reproduction

Floraison et fructification étalées sur l'ensemble de l'année.
 


Bocquillonia castaneifolia est un arbrisseau micro-endémique du nord-ouest de la Grande Terre en Nouvelle-Calédonie. Cette espèce est connue de deux sous-populations (Tiébaghi, Ile Art avec une seule observation qui date de 1975) qui se situent à une altitude de 400 à 600 m. On la retrouve en maquis arbustif sur substrat ultramafique. La principale menace provient de l'exploitation minière en cours sur la zone de Tiébaghi. La projection de l'exploitation minière sur les 25 années à venir entraîne le risque de disparition de la plupart des individus de la zone de Tiébaghi, sous-population la plus importante. En conséquence, B castaneifolia est considéré en Danger Critique d'extinction (CR) selon le critère A4c avec une réduction de la population estimée de plus de 80% d'ici 25 ans.

Aire géographique


Bocquillonia castaneifolia est un arbrisseau micro-endémique du nord-ouest de la Grande Terre en Nouvelle-Calédonie. Cette espèce est connue de deux sous-populations (Tiébaghi, Ile Art avec une seule observation qui date de 1975).

Population


La taille de la population n'est pas connue mais il est estimé qu'elle est légèrement supérieure à 250 individus sur Tiébaghi. En s'appuyant sur les observations existantes, la sous-population la plus importante est celle de Tiébaghi bien qu'il soit difficile d'estimer la répartition entre les deux sous-populations.

Habitat


Bocquillonia castaneifolia se retrouve en maquis arbustif sur sol plus ou moins érodé ou gravillonnaire issu de cuirasse ferralitique démantelée, sur substrat ultramafique et à une altitude de 400 à 600 m.

Menaces


La principale menace provient de l'exploitation minière en cours sur la zone de Tiébaghi et de ses dégâts collatéraux (assèchement des pentes, poussière...). La projection de l'exploitation minière sur les 25 années à venir (selon les périmètres soumis à autorisation) entraîne le risque de disparition de l'ensemble des individus de la zone de Tiébaghi. La Nouvelle-Calédonie possède de 20 à 30% des réserves mondiales de nickel. L'exploitation minière intensive depuis la fin du XIXème siècle a entraîné une forte érosion des sols (1,2% de surface de sol dégradé cartographiée par SPOT5 en 2007 sur la Grande-Terre). L'exploitation minière est aujourd'hui en phase de développement avec une production métallurgique multipliée par trois de 2010 à 2015 (de 60,000 à 200,000 tonnes annuelles) La sous-population de l'Ile Art est de plus menacée par le risque de feux de brousse. Une moyenne de 20,000 ha de terrains brûle chaque année sur la Grande-Terre, notamment lors de la saison sèche.

Conservation


Bocquillonia castaneifolia est une espèce protégée par les codes de l'environnement de la Province nord et de la Province Sud. Aucune population biologiquement viable de cette espèce ne se trouve en revanche dans une aire protégée. Notons l'existence d'un projet de conservatoire SLN (Société le Nickel) sur Tiébaghi. Le bureau d'étude SIRAS avait mené des plantations de cette espèce pour lesquelles il semble que le suivi ait été interrompu. Depuis, une fiche d'itinéraire de production a été réalisée en 2015 dans le cadre d'un partenariat entre l'IAC (Institut Agronomique néo-Calédonien) et la SLN. Des plants ont été mis en production et un suivi phénologique mis en place en 2015. Des prospections en dehors des zones déjà inventoriées de l’étude d’impact sont poursuivies. Cette espèce bénéficierait de mesures d'urgence de conservation in-situ et ex-situ. Il est recommandé de poursuivre les travaux en assurant le suivi des populations existantes, en préservant une population viable sur un ou plusieurs périmètres délimités sur Tiébaghi. Il est de plus préconisé de poursuivre les tests de multiplication pour envisager ultérieurement un programme de replantation. Il est enfin recommandé de prospecter la zone autour de Tiébaghi, notamment au pied du Pic Noir.

Bibliographie


Morat, P.; Jaffré, T.; Tronchet, F.; Munzinger, J.; Pillon, Y.; Veillon, J.-M. and Chalopin, M. 2012. The taxonomic database « FLORICAL » and characteristics of the indigenous flora of New Caledonia. Adansonia(334) , p.177-219.

L'Huillier L.; Jaffré T. and Wulff A. 2010. Mines et Environnement en Nouvelle-Calédonie : les milieux sur substrats ultramafiques et leur restauration.

Endemia.nc 2016. Faune et Flore de Nouvelle-Calédonie.

Wulff AS, Hollingsworth PM, Ahrends A, Jaffré T, Veillon J-M, L’Huillier L, et al. 2013. Conservation Priorities in a Biodiversity Hotspot: Analysis of Narrow Endemic Plant Species in New Caledonia.

Experts


Assessor(s): Tanguy, V., Veillon, J., Amice, R., Barrière, R., Fleurot, D., Gailhbaud, P., Garnier, D., Suprin, B.

Reviewer(s): Vandrot, H.

Contributor(s): Wulff, A.

Facilitator(s): Chanfreau, S., Tanguy, V.


Répartition géographique