Taxonomie

Elaeodendron pininsulare subsp. poyaense (I.H.Müller) R.H.Archer
endemique
protegee
UICN

Statut liste rouge -

En danger (EN) , évaluée le 05/04/2018

Espèce protégée -

en Province Nord

Description

Description Générale

Voir espèce.

Répartition en Nouvelle-Calédonie

Cette sous-espèce est répartie du Nord au Sud de façon discontinue, à Bélep (Pott), dans la région de Poya et sur la Presqu'ile Montagnès.

Habitat

Dans le maquis minier et dans les formations sclérophylles (L)

Substrat

Sur sol plus ou moins profond sur divers substrat.

Feuille

Voir espèce, mais pétiole d'une longueur inférieure à 1,5cm

Phénologie (Fleur)

Voir espèce, mais axes des inflorescences plus longs

Fruits

Voir espèce.

 

Synynyme

Cassine pininsularis ssp. poyaensis I.H.Müller

Particularité

Situation IUCN : VU
 


Elaeodendron pininsulare subsp. poyaense est un arbre endémique de la Nouvelle-Calédonie, connu de Poya, Pouembout dans le nord-ouest et de la presqu'île Montagnès dans le sud-ouest de la Grande Terre. Il pousse en forêt sclérophylle de basse altitude sur substrat volcano-sédimentaire. Les principales menaces identifiées sont les feux, cerfs (Rusa timorensis russa) et défrichement. Connu de 5 localités, sa zone d'occurence (EOO) et sa zone d'occupation (AOO) sont respectivement de 147 et 20 km². Ainsi E. pininsulare subsp. poyaense est considéré En Danger (EN) B1ab(iii,v)+2ab(iii,v) avec un déclin estimé de la qualité de l'habitat et du nombre d'individus matures.

Aire géographique


Espèce endémique de la Nouvelle-Calédonie, connu de Poya et Pouembout dans le nord-ouest et de la presqu'île Montagnès dans le sud-ouest de la Grande Terre.

Population


La taille des populations est inconnue.

Habitat


Arbre de forêt sclérophylle de basse altitude (0-150 m) sur volcano-sédimentaire.

Menaces


Menaces identifiées : Feux, cerfs (Rusa timorensis russa) et défrichement.

Conservation


Espèce protégée règlementairement en Province Nord et elle n'est présente dans aucune aire protégée. Cette espèce étant menacée par les feux de brousse, ses localisations devraient être intégrées sur les atlas de la Sécurité Civile. Des actions de sensibilisation et de conservation ex situ et in situ sont à mettre en place d'urgence, en particulier afin d'assurer le suivi des sous-populations connues . De plus, les prospections au Presqu'île Montagnès, Beaupré et Mépouiri sont nécessaire pour confirmer la présence de l'espèce et mieux estimer la population.

Bibliographie


Morat, P. 1996. Flore de la Nouvelle-Calédonie et dépendances. Volume 20 : Celastraceae, Loranthaceae, Alseuocmiaceae, Paracryphiaceae, Tiliaceae.

Endemia.nc 2016. Faune et Flore de Nouvelle-Calédonie.

Munzinger J., Morat Ph., Jaffré T., Gâteblé G., Pillon Y., Tronchet F., Veillon J.-M., & M. Chalopin 2016. FLORICAL: Checklist of the vascular indigenous flora of New Caledonia. vers. 22.IV.2016.

Experts


Assessor(s): Amice, R., Bruy, D., Butin, J., Cazé, H., Chambrey, C., Dumontet, V., Fleurot, D., Garnier, D., Gâteblé, G., Goxe, J., Hequet, V., Veillon, J.

Reviewer(s): Lannuzel, G.

Facilitator(s): Meyer, S., Barrabé, L., Warimavute, G.


Répartition géographique