Taxonomie

endemique
UICN

Statut liste rouge -

Préoccupation mineure (LC) , évaluée le 07/04/2017

Description

Description Générale

Arbuste sarmenteux, haut de 2-6m, dioïque.

Répartition en Nouvelle-Calédonie

Répandue à travers la partie centrale de la Grande Terre : de Dogny - Mt Canala, jusqu'au Mt Tonine (Touho).

Habitat

En sous-bois de la forêt dense humide (F)

Substrat

Sol plus ou mois profond sur substrat schisteux

Feuille

Feuilles alternes (phyllotaxie distique), pétiolées, arrondies ou aigues au sommet, arronde à la base, marge ondulée voire dentée

Phénologie (Fleur)

Fleurs inodores, mâles et femelles de couleur crème sur des individus différents, portées sur des grappes de 2 - 30 fleurs à l'aisselle des feuilles ou sur les tiges dénudées .

Fruits

Fruits en drupe de couleur rouge à maturité, avec 1 seule graine dans une coque lignifiée extérieurement rugueuse.

Reproduction

Floraison de mars à mai suivi de la fructification jusqu'en fin d'année.

Particularité

Considérée, sur la base d'analyses phylogénétiques moléculaires, comme l'Angiosperme (plante à fleurs) vivante la plus primitive.(135 M d'années, XVIème Congrès de Botanique en août 1999, St- Louis, Missouri, USA ).
 


Amborella trichopoda est une espèce endémique de Nouvelle-Calédonie répartie du Tonine au nord au Nakada au sud de la Grande Terre. Cette espèce se trouve en forêt humide de basse à moyenne altitude (170-1000m) sur schistes. Cette espèce ne semble pas aujourd'hui globalement menacée. Cette espèce a une valeur phylogénétique importante car elle est la seule représentante de l'ordre Amborellales et qu'elle est considérée comme l'angiosperme (plante à fleur) la plus primitive au monde. Amborella trichopoda est donc considérée en préoccupation mineure (LC).

Aire géographique


Grande Terre dans la chaîne centrale du Nakada au Tonine

Population


La taille des populations n'est pas connue.

Habitat


Arbuste sarmenteux (2-6m) de forêt humide sur schistes de basse à moyenne altitude

Menaces


Certaines sous-populations gravement impactées par cerf (Rusa timorensis) et cochon (Dogny)

Conservation


Espèce non protégée règlementairement. Espèce présente dans 1 réserve : Aoupinié Elle mériterait d'être protégée. Cette espèce a une valeur phylogénétique importante car elle est la seule représentante de l'ordre Amborellales et qu'elle est considérée comme l'angiosperme (plante à fleur) la plus primitive au monde. Cette espèce a donc fait l'objet de nombreuses études génomiques, phylogénétiques, morphologiques et biologiques (Pillon, 2005). Cependant, aucun de ces projets n'a intégré un volet de conservation de l'espèce ou de son habitat. Une répartition plus équitable des ressources et de l'intérêt scientifique serait nécessaire pour préserver la flore de Nouvelle-Calédonie.

Bibliographie


Tirel, C.; Jérémié, J. 1982. Flore de la Nouvelle-Calédonie et dépendances. Volume 11 : Eléocarpacées, Monimiacées, Amborellacées, Athérospermatacées, Triméniacées, Chloranthacées.

Endemia.nc 2016. Faune et Flore de Nouvelle-Calédonie.

Morat, P.; Jaffré, T.; Tronchet, F.; Munzinger, J.; Pillon, Y.; Veillon, J.-M. and Chalopin, M. 2012. The taxonomic database « FLORICAL » and characteristics of the indigenous flora of New Caledonia. Adansonia(334) , p.177-219.

Munzinger J., Morat Ph., Jaffré T., Gâteblé G., Pillon Y., Tronchet F., Veillon J.-M., & M. Chalopin 2016. FLORICAL: Checklist of the vascular indigenous flora of New Caledonia. vers. 22.IV.2016.

Pillon, Y.; Munzinger, J. 2005. Amborella fever and its (litle) implication in conservation.

Experts


Assessor(s): Veillon, J., Amice, R., Bruy, D., Butin, J., Fleurot, D., Garnier, D., Gâteblé, G., Goxe, J., Suprin, B.

Reviewer(s): Pillon, Y.

Facilitator(s): Maura, J., Tanguy, V., Warimavute, G.


Répartition géographique