Taxonomie

endemique
protegee
UICN

Statut liste rouge -

En danger (EN) , évaluée le 10/09/2015

Espèce protégée -

en Province Nord

Description

Description Générale

Arbuste 1-2 m.

Répartition en Nouvelle-Calédonie

Cette espèce est présente dans le Nord Ouest de la Grande Terre, à Pouembout et à Koumac surtout.

Habitat

Dans le maquis ligno-berbacé

Substrat

Sur sol érodé issu de péridotites

Feuille

Feuilles à limbe arrondi, coriace et glabre; 2 glandes très visibles au sommet du pétiole.

Phénologie (Fleur)

Fleurs blanc verdâtre, petites sur des inflorescences courtes, terminales ou axillaires.

Fruits

Drupes ovoïdes (1,3 - 1,5 cm)

Particularité

Cette espèce, encore peu récoltée, a une distribution restreinte ; sa sauvegarde est liée au maintien des maquis miniers des bas de pente,dans le nord ouest.

Hunga guillauminii est un arbuste micro-endémique du nord-ouest de la Grande-Terre en Nouvelle-Calédonie. Cette espèce est connue de 2 sous-populations (Koumac, Koniambo) et se retrouve en maquis ligno-herbacé de bas de pente sur substrat ultramafique de 10 à 250 m d'altitude. La principale menace provient de la dégradation de l'habitat liée à l'impact des espèces envahissantes (cerf) et des feux de brousse. Sa zone d'occurrence (EOO) et sa zone d'occupation (AOO) sont toutes deux estimées à 8 km² tandis que le nombre de localités est estimé à deux. En conséquence, H. guillauminii est considéré en danger (EN) selon les critères B1ab(iii)+2ab(iii) avec un déclin continu estimé de la qualité de l'habitat.

Aire géographique


Hunga guillauminii est un arbuste micro-endémique du nord-ouest de la Grande Terre en Nouvelle-Calédonie. Cette espèce est connue de 2 sous-populations (Koumac, Koniambo).

Population


La taille de la population est inconnue.

Habitat


Hunga guillauminii se retrouve en maquis ligno-herbacé de bas de pente sur substrat ultramafique de 10 à 250 m d'altitude.

Menaces


La principale menace provient de la dégradation de l'habitat liée à l'impact d'espèces envahissantes (cerf (Rusa timorensis)) et des feux de brousse. Le cerf (Rusa timorensis) (Rusa timorensis) est une espèce envahissante introduite dans l'archipel vers 1880 qui s'est très bien adaptée aux habitats calédoniens (estimation de plusieurs centaines de milliers de bêtes dans la nature). Cet ongulé consomme une grande variété de plantes et entraîne des dommages importants sur la végétation et sur la régénération. Les feux de brousse touchent une moyenne de 20,000ha de terrains chaque année, notamment lors de la saison sèche. Cette zone de Koumac est particulièrement exposée à ce risque.

Conservation


Cette espèce est protégée par le code de l'environnement de la Province nord. Aucune population connue et biologiquement viable de cette espèce ne se trouve dans une aire protégée. Cette espèce est probablement plus commune que ne le laissent présager les données d'herbier. Il serait opportun d'accentuer les prospections sur les maquis de bas de pente. Notons que la SLN mène des prospections sur cette espèce autour du massif de Tiébaghi.

Bibliographie


Wulff AS, Hollingsworth PM, Ahrends A, Jaffré T, Veillon J-M, L’Huillier L, et al. 2013. Conservation Priorities in a Biodiversity Hotspot: Analysis of Narrow Endemic Plant Species in New Caledonia.

Morat, P.; Jaffré, T.; Tronchet, F.; Munzinger, J.; Pillon, Y.; Veillon, J.-M. and Chalopin, M. 2012. The taxonomic database « FLORICAL » and characteristics of the indigenous flora of New Caledonia. Adansonia(334) , p.177-219.

L'Huillier L.; Jaffré T. and Wulff A. 2010. Mines et Environnement en Nouvelle-Calédonie : les milieux sur substrats ultramafiques et leur restauration.

Endemia.nc 2016. Faune et Flore de Nouvelle-Calédonie.

Experts


Assessor(s): Tanguy, V., Veillon, J., Amice, R., Barrière, R., Fleurot, D., Gailhbaud, P., Garnier, D., Suprin, B.

Reviewer(s): Vandrot, H.

Contributor(s): Wulff, A.

Facilitator(s): Chanfreau, S., Tanguy, V.


Répartition géographique