Taxonomie

endemique
protegee
UICN

Statut liste rouge -

En danger (EN) , évaluée le 27/10/2017

Espèce protégée -

en Province Sud , en Province Nord

Description

Description Générale

voir espèce

Répartition en Nouvelle-Calédonie

Cette variété commune et localisée, s'observe sur la côte est de la Grande Terre à Monéo et sur le Cap Bocage.

Habitat

Dans le maquis

Substrat

Sur sol plus ou moins érodé sur substrat ultramafique.

Feuille

voir espèce; feuilles plus petites, lancéolées.

Phénologie (Fleur)

voir espèce; fleurs mâles avec 5 - 10 étamines; fleurs femelles avec des styles échancrés au sommet.

Fruits

voir espèce

Reproduction

voir espèce

Phyllanthus torrentium var. induratus est un arbrisseau endémique de Nouvelle-Calédonie, connu uniquement des environs de Cap Bocage, sur la côte sud-est de la Grande Terre. Ce taxon pousse en maquis sur substrat ultramafique jusqu'à 300 m d'altitude. Connu de 2 localités, ses zones d'occurrence (EOO) et d'occupation (AOO) sont toutes deux estimées à 16 km². La principale menace provient des feux et de l’activité minière. En conséquence, P. torrentium var. induratus est considéré En Danger (EN) selon les critères B1ab(i,ii,iii,iv,v)+2ab(ii,iii,v) avec un déclin continu estimé de l'aire d'occurence (AOO), de la qualité de l'habitat et du nombre d'individus matures.

Aire géographique


Taxon endémique de Nouvelle-Calédonie, connu uniquement des environs de Cap Bocage, sur la côte sud-est de la Grande Terre.

Population


La taille de la population est inconnue, mais les observations de terrain indiquent un minimum de 2000 individus sur le plateau de Cap Bocage (Lannuzel & Fogliani 2017).

Habitat


Arbrisseau de maquis sur substrat ultramafique jusqu'à 300 m d’altitude.

Menaces


Menaces identifiées : feux et mine (Cap Bocage (SMT)).

Conservation


Ce taxon est protégé règlementairement en Province Nord, mais n'est présent dans aucune aire protégée. Cette espèce est cultivée en pépinière à la station de Saint-Louis de l'IAC (Institut agronomique de Nouvelle-Calédonie). Il bénéficierait de mesures d'urgence en matière de conservation ex situ et in situ. Il est recommandé d'assurer le suivi de la population existante, de préserver la population viable sur des périmètres délimités et d'informer la DSCGR (sécurité civile) sur la présence du taxon dans les zones concernées. Il est de plus préconisé de réaliser des tests de multiplication pour envisager des programmes de replantation. Enfin, des prospections devraient être réalisées à Cap Bocage et Monéo pour mieux estimer la taille de population et son statut de menace.

Bibliographie


Lannuzel, G.; Gâteblé, G.; Fogliani, B. 2017. Etude des Espèces Rares et Menacées des sites miniers de la SMT.

Morat, P.; Jaffré, T.; Tronchet, F.; Munzinger, J.; Pillon, Y.; Veillon, J.-M. and Chalopin, M. 2012. Le référentiel taxonomique Florical et les caractéristiques de la flore vasculaire indigène de la Nouvelle-Calédonie [The taxonomic database « FLORICAL » and characteristics of the indigenous flora of New Caledonia]. Adansonia sér 3(34) , p.177-219.

Endemia.nc 2016. Faune et Flore de Nouvelle-Calédonie.

Experts


Assessor(s): Amice, R., Barrière, R., Butin, J., Fleurot, D., Lagrange, A., Lannuzel, G., Letocart, I., Suprin, B.

Reviewer(s): Veillon, J.

Contributor(s): Russ, L.

Facilitator(s): Warimavute, G., Tanguy, V.


Répartition géographique