Taxonomie

endemique
protegee
UICN

Statut liste rouge -

En danger (EN) , évaluée le 27/10/2017

Espèce protégée -

en Province Sud , en Province Nord

Description

Description Générale

Arbrisseau ou arbuste; rameaux adultes brun-rougeâtre, velus, éparsement couverts de lenticelles.

Répartition en Nouvelle-Calédonie

Cette espèce rare n'est connue que d'un seul secteur de la Grande Terre, à Yaté.

Habitat

Dans les fourrés littoraux sur les replats ou sur pentes abruptes.

Substrat

Sur sol érodé, sur éboulis ultramafiques.

Feuille

Feuilles un peu coriaces, arrondies à la base, en pointe au sommet, hirsutes à longs poils sur le revers; bord profondément denté.

Phénologie (Fleur)

Fleurs femelles, seules vues, blanchârtres, solitaires ou en grappes de 2-4 fleurs, portées par des pédicelles longs et fins, hirsutes.

Fruits

Fruits matures non encore décrits.

Reproduction

Floraison en décembre

Particularité

Cette espèce rare, très localisée, reste grandement menacée de disparition par l'action eventuelle des feux .
 


Xylosma capillipes est un arbuste endémique de Nouvelle-Calédonie, restreint à la côte est de la Grande Terre. L'espèce pousse en sous-bois de forêt dense humide, sur forte pente, entre 100 et 800 m d’altitude. Connue de 5 localités, ses zones d'occurrence (EOO) et d'occupation (AOO) sont respectivement de 1123 km² et 32 km². La principales menaces proviennent des feux et de l’activité minière. En conséquence, X. capillipes est considéré En Danger (EN) selon les critères B1ab(ii,iii,v)+2ab(ii,iii,v) avec un déclin continu estimé de l'aire d'occurence (AOO), de la qualité de l'habitat et du nombre d'individus matures.

Aire géographique


Espèce endémique de Nouvelle-Calédonie, restreinte à la côte sud-est de la Grande Terre.

Population


La taille de la population est inconnue. Les observations terrain indiquent de petites sous-populations peu abondantes.

Habitat


Arbuste de sous-bois de forêt dense humide, sur forte pente, entre 100 et 800 m d’altitude.

Menaces


Menaces identifiées : Feux et mine (Nakéty (SMT & NMC), Kouaoua (SLN), Menazi (SLN)).

Conservation


Cette espèce est protégée règlementairement en Province Sud et Province Nord, et est présente dans une aire protégée (réserve du Barrage de Yaté). Cette espèce est cultivée en pépinière à la station de Saint-Louis de l'IAC (Institut agronomique de Nouvelle-Calédonie). L'espèce bénéficierait de mesures d'urgence en matière de conservation ex situ et in situ. Il est recommandé d'assurer le suivi de la population existante, de préserver la population viable sur des périmètres délimités du site minier et d'informer la DSCGR (sécurité civile) sur la présence de l’espèce dans les zones concernées. Il est de plus préconisé de réaliser des tests de multiplication pour envisager des programmes de replantation.

Bibliographie


Endemia.nc 2016. Faune et Flore de Nouvelle-Calédonie.

Lannuzel, G.; Gâteblé, G.; Fogliani, B. 2017. Etude des Espèces Rares et Menacées des sites miniers de la SMT.

Morat, P.; Jaffré, T.; Tronchet, F.; Munzinger, J.; Pillon, Y.; Veillon, J.-M. and Chalopin, M. 2012. Le référentiel taxonomique Florical et les caractéristiques de la flore vasculaire indigène de la Nouvelle-Calédonie [The taxonomic database « FLORICAL » and characteristics of the indigenous flora of New Caledonia]. Adansonia sér 3(34) , p.177-219.

Experts


Assessor(s): Amice, R., Barrière, R., Butin, J., Fleurot, D., Lagrange, A., Lannuzel, G., Letocart, I., Suprin, B.

Reviewer(s): Veillon, J.

Contributor(s): Russ, L.

Facilitator(s): Tanguy, V., Warimavute, G.


Répartition géographique