Taxonomie

Geissois lanceolata (Vieill. ex Guillaumin) H.C.Hopkins
endemique
protegee
UICN

Synonymes

Geissois pruinosa var. lanceolata Vieill. ex Guillaumin

Statut liste rouge -

Vulnérable (VU) , évaluée le 21/07/2016

Espèce protégée -

en Province Nord

Description

Habitat

En  maquis et lisière de forêt (MF)
 

Synonyme

Geissois pruinosa var. lanceolata Vieill. ex Guillaumin
 

Référence

Hopkins H. C. F. 2006. Nomenclature and typifi cation in Geissois (Cunoniaceae) in the South-West Pacifi c. Adansonia, sér. 3, 28 (2) : 311-327.
 


Geissois lanceolata est un arbuste endémique des massifs miniers de la côte Ouest de la Grande Terre en Nouvelle-Calédonie. On le retrouve surtout en maquis et lisière de forêt sur substrat ultramafique. Les principales menaces proviennent de l'exploitation minière en-cours sur les massifs ultramafiques, des feux de brousse et de la propagation du pin des caraïbes. Sa zone d'occurrence (EOO) et sa zone d'occupation (AOO) sont respectivement estimées à 1465 km² et 124 km² tandis que le nombre de localités est estimé à 8-10. En conséquence, Geissois lanceolata est considéré Vulnerable (EN) selon les critères B1ab(i,ii,iii,iv,v)+2ab(i,ii,iii,iv,v).

Aire géographique


Grande Terre; présente sur les massifs miniers de la côte ouest, entre Bourail (Mé Aoui) et Gomen (mont Taom)

Habitat


Surtout présente en maquis et en lisière de forêt, parfois en forêt, sur substrats ultramafiques, dans certains cas sur serpentinite à moyenne ou assez haute altitude. Altitude : (100–) 400–1100 (–1450) m.

Menaces


Les principales menaces pesant sur cette espèce proviennent de l'impact des feux de brousse et de l'activité minière en cours sur certains massifs miniers (Taom, Kopéto, Paéoua, Boulinda, MéMaoya).

Conservation


C'est une espèce protégée par le code de l'environnement de la province Nord mais pas par celui de la province Sud. Elle est présente dans une aire protégée (Nodela). Il est recommandé de mener des efforts en matière de mesures de conservation in-situ et ex-situ : il semble notamment possible de le multiplier pour l'utiliser en restauration.

Bibliographie


H. C. F. Hopkins, J. C. Bradford, B. Donovan, Y. Pillon, J. Munzinger, B. Fogliani 2015. Floral biology of the Cunoniaceae in New Caledonia and the role of insects, birds and geckos as potential pollinators.

Morat, P.; Jaffré, T.; Tronchet, F.; Munzinger, J.; Pillon, Y.; Veillon, J.-M. and Chalopin, M. 2012. The taxonomic database « FLORICAL » and characteristics of the indigenous flora of New Caledonia. Adansonia(334) , p.177-219.

Helen Fortune Hopkins, Yohan Pillon, Ruurd Hoogland 2015. Flore de la Nouvelle-Calédonie : Cunoniaceae.

Endemia.nc 2016. Faune et Flore de Nouvelle-Calédonie.

Experts


Assessor(s): Pillon, Y., Bruy, D., Butin, J., Fleurot, D., Gâteblé, G., Hequet, V., Letocart, D., Letocart, I., Tanguy, V., Tiavouane, J., Tron, F.

Reviewer(s): Fogliani, B.

Contributor(s): Brinkert, M., Couhia, J., Fortune-Hopkins, H.

Facilitator(s): Maura, J., Tanguy, V.


Répartition géographique