Taxonomie

Pittosporum veilloniana Gemmill, sp. nov. ined., {Munzinger 4960}
endemique
protegee
UICN

Statut liste rouge -

En danger critique d'extinction (CR) , évaluée le 23/07/2015

Espèce protégée -

en Province Sud

L'espèce nouvelle P. "veilloniana" (NOU 031190) a été découverte par Chrissen Gemmill en 2008 sur la base du Boulinda. Espèce de maquis minier présente de 300 à 410 mètres d'altitude, son aire d'occurrence et d'occupation s'étend sur 8 km². Un comptage de la population effectué en 2015 fait état d'une population composé de 29 individus. De par les feux récurrents aux altitudes où P. sp. nov. "veilloniana" est présente ainsi que l'activité minière sur le massif du Boulinda, un déclin continu de la zone d’occupation, de la qualité de l'habitat et par conséquent du nombre d'individus est à prévoir. Selon le critère B, P. sp.nov. "veilloniana" est évaluée en Danger Critique (CR) B1ab(ii,iii,v)+2ab(ii,iii,v).

Aire géographique


Pittosporum sp. nov. "veilloniana" est une espèce endémique de la Nouvelle-Calédonie connu uniquement de la Mine Saint Louis sur le massif du Boulinda.

Population


Un comptage de la seule population connue à ce jour fait état de 29 individus matures. Comme cette espèce pourrait être présente ailleurs, il est difficile d'estimer le nombre total d'individus.

Habitat


L'espèce nouvelle P. "veilloniana" est présente en maquis sur substrat ultramafique de 300 à 410 mètres d'altitude.

Menaces


Pittosporum sp.nov. "veilloniana" est menacé par l'activité minière passée sur le massif du Boulinda (et la ré-ouverture potentielle de la mine Saint-Louis) et pourrait également être menacé par les feux récurrents qui balayent le pays. La Nouvelle-Calédonie possède de 20 à 30% des ressources mondiales en nickel. L'activité minière est depuis la fin du 19ème siècle l'une des menaces majeures pensant sur la flore calédonienne.

Conservation


L'espèce nouvelle P. "veilloniana" n'est protégée par aucune législation et n'est présente dans aucune des aires protégées de Nouvelle-Calédonie. De par les faibles connaissances sur l'espèce, il est vivement recommandé que des mesures de conservation exceptionnelles soient prises. De par son écologie, il est probable que l'espèce soit présente ailleurs, des prospections sur le Paéoua, le Kopéto et les pentes de ces deux massifs sont vivement recommandées.

Bibliographie


Gemmill C. 2016. Three new species of Pittosporum in New-Caledonia.

L'Huillier L.; Jaffré T. and Wulff A. 2010. Mines et Environnement en Nouvelle-Calédonie : les milieux sur substrats ultramafiques et leur restauration.

Endemia.nc 2016. Faune et Flore de Nouvelle-Calédonie.

Hély-Alleaume 2012. INC : Incendies et biodiversité des éco-systèmes en Nouvelle-Calédonie.

Gomez C.; Mangeas M.; Curt T.; Ibanez T.; Munzinger J.; Dumas P.; Jérémy A.; Despinoy M. and Hély C. 2014. Wildfire risk for main vegetation units in a biodiversity hotspot: modeling approach in New Caledonia, South Pacific. Ecology and Evolution(5) , p.377-390.

Experts


Assessor(s): Gemmill, C., Veillon, J., Amice, R., Cazé, H., Dumontet, V., Fleurot, D., Garnier, D., Gâteblé, G., Maggia, L.

Reviewer(s): Tanguy, V.

Facilitator(s): Chanfreau, S.


Répartition géographique