Taxonomie

UICN

Statut liste rouge -

En danger critique d'extinction (CR) , évaluée le 21/04/2017

Thiollierea sp.nov tiebaghi est un arbuste endémique, connu uniquement de Tiébaghi. On le retrouve en maquis de basse altitude sur substrat ultramafique à une altitude de 300-450 m. La principale menace identifiée vient de l'impact de l'activité minière. Sa zone d'occurrence (EOO) et sa zone d'occupation (AOO) sont de 12 km² et le nombre de localité est estimé à une. En conséquence, Cyclophyllum tiebaghiense est considéré En danger critique d’extinction (CR) selon les critères B1ab(i,ii,iii,iv,v)+2ab(i,ii,iii,iv,v) avec un déclin continu estimé de l'ensemble des sous-critères concernés. Des prospections d'urgence sont préconisées.

Aire géographique


Thiollierea sp.nov tiebaghi est un arbuste endémique, connu uniquement de Tiébaghi.

Population


La taille de la population est inconnue.

Habitat


Espèce qui se trouve en maquis de basse altitude sur substrat ultramafique à une altitude de 300-450 m.

Menaces


La principale menace identifiée vient de l'impact de l'activité minière. La projection de l'exploitation minière sur les 25 années à venir (selon les périmètres soumis à autorisation) entraîne le risque de disparition de nombreux individus de cette sous-population. La Nouvelle-Calédonie possède de 20 à 30% des réserves mondiales de nickel. L'exploitation minière intensive depuis la fin du XIXème siècle a entraîné une forte érosion des sols (1,2% de surface de sol dégradé cartographiée par SPOT5 en 2007 sur la Grande-Terre). L'exploitation minière est aujourd'hui en phase de développement avec une production métallurgique multipliée par trois de 2010 à 2015 (de 60,000 à 200,000 tonnes annuelles).

Conservation


Espèce non protégée par les codes de l'environnement, elle n'est présente dans aucune réserve. Des prospections sur Tiébaghi doivent être menées en urgence. L'espèce bénéficierai de mesures d'urgence en matière de conservation ex-situ and in-situ. Il est recommandé d'assurer le suivi des populations existantes, de préserver la population viable sur un périmètre délimité sur la zone minière.

Bibliographie


Barrabé L., Mouly A., Lowry II P.P. & Muzinger J. 2011. Reinstatement of the endemic New Caledonian genus Thiollierea Montrouz. (Rubiaceae) necessitated by the polyphyly of Bikkia Reinw. as currently circumscribed. Adansonia(33) , p.115-134.

Morat, P.; Jaffré, T.; Tronchet, F.; Munzinger, J.; Pillon, Y.; Veillon, J.-M. and Chalopin, M. 2012. The taxonomic database « FLORICAL » and characteristics of the indigenous flora of New Caledonia. Adansonia(334) , p.177-219.

Endemia.nc 2016. Faune et Flore de Nouvelle-Calédonie.

Experts


Assessor(s): Barrabé, L., Amice, R., Bruy, D., Butin, J., Fleurot, D., Garnier, D., Gâteblé, G., Goxe, J., Hequet, V., Lannuzel, G., Suprin, B., Veillon, J.

Reviewer(s): Cazé, H.

Contributor(s): Mouly, A.

Facilitator(s): Warimavute, G., Maura, J., Tanguy, V.


Répartition géographique