Taxonomie

endemique
protegee
UICN

Statut liste rouge -

En danger (EN) , évaluée le 19/02/2016

Espèce protégée -

en Province Sud

Description

Description Générale

Répartition en Nouvelle-Calédonie

Habitat

Forêts denses humides, maquis (FM) entre 800 et 1500 m d'altitude

Substrat

Feuille

Phénologie (Fleur)

Fruits

Reproduction

Particularité

Synonymes

Bibliographie
 


Gea boulindaensis ined. est un arbuste endémique de la Grande Terre en Nouvelle-Calédonie. Il est connu de la région Kopéto-Boulinda-Paéoua. On le retrouve en forêt dense humide et maquis sur substrat ultramafique à une altitude de 800 à 1150 m. L'exploitation minière en cours et passée sur le territoire Est touche plusieurs sous-populations. En effet, le périmètre soumis à autorisation pour les 25 années à venir entraîne le déclin de plusieurs populations, notamment celle de Kopéto (SLN) Sa zone d'occurrence (EOO) et sa zone d'occupation (AOO) sont respectivement de 105 et 32 km² tandis que le nombre de localités est estimé à 6. En conséquence, Gea boulindaensis ined. est considéré En danger d'extinction (EN) selon les critères B1ab(i,ii,iii,iv,v)+2ab(i,ii,iii,iv,v) avec un déclin continu estimé de l'ensemble des sous-critères concernés.

Aire géographique


Gea boulindaensis ined. est un arbuste endémique de la Grande Terre en Nouvelle-Calédonie. Il est connu de la région Kopéto-Boulinda-Paéoua.

Population


La taille de la population est inconnue.

Habitat


On le retrouve en forêt dense humide et maquis sur substrat ultramafique à une altitude de 800 à 1150 m.

Menaces


L'exploitation minière en cours et passée sur le territoire Est touche plusieurs sous-populations. En effet, le périmètre soumis à autorisation pour les 25 années à venir entraîne le déclin de plusieurs populations, notamment celle de Kopéto (SLN).

Conservation


Gea boulindaensis ined. n'est pas protégé règlementairement et ne se trouve dans aucune aire protégée. Notons que cette espèce bénéficie de travaux de conservation ex-situ dans le cadre d'une collabotation entre la SLN (Société le Nickel) et l'IAC (Institut Agronomique néo-Calédonien). Il est recommandé de poursuivre ces efforts de prospection. Il est de plus préconisé d'assurer le suivi des populations existantes, de préserver une population viable sur un ou plusieurs périmètres délimités sur Kopéto et peut-être Camp des Sapins si l'espèce y est retrouvée.

Bibliographie


Wulff AS, Hollingsworth PM, Ahrends A, Jaffré T, Veillon J-M, L’Huillier L, et al. 2013. Conservation Priorities in a Biodiversity Hotspot: Analysis of Narrow Endemic Plant Species in New Caledonia.

L'Huillier L.; Jaffré T. and Wulff A. 2010. Mines et Environnement en Nouvelle-Calédonie : les milieux sur substrats ultramafiques et leur restauration.

Morat, P.; Jaffré, T.; Tronchet, F.; Munzinger, J.; Pillon, Y.; Veillon, J.-M. and Chalopin, M. 2012. Le référentiel taxonomique Florical et les caractéristiques de la flore vasculaire indigène de la Nouvelle-Calédonie [The taxonomic database « FLORICAL » and characteristics of the indigenous flora of New Caledonia]. Adansonia sér 3(34) , p.177-219.

Endemia.nc 2016. Faune et Flore de Nouvelle-Calédonie.

Experts


Assessor(s): Tanguy, V., Veillon, J., Bruy, D., Dubreuil, M., Dumontet, V., Fleurot, D., Garnier, D., Lagrange, A., Lannuzel, G.

Reviewer(s): Amice, R.

Contributor(s): Wulff, A.

Facilitator(s): Tanguy, V., Chanfreau, S.


Répartition géographique