Taxonomie

Codia mackeeana H.C. Hopkins & B. Fogliani
endemique
UICN

Statut liste rouge -

Quasi menacée (NT) , évaluée le 21/07/2016

Description

Description Générale

Arbre pouvant atteindre 15 m avec un tronc de 40 cm de diam.; rameaux jeunes glabrescents; stipules ovés ou cordés parfois bifides au sommet, persistant généralement aux noeuds.

Répartition en Nouvelle-Calédonie

Cette espèce est distribuée dans la Chaîne Centrale de la Grande Terre : du Col d'Amieu au Plateau de Tango et aussi retrouvée à Tchamba.

Habitat

La forêt dense humide de moyenne altitude.

Substrat

Sur sol plus ou moins profond sur substrat sédimentaire.

Feuille

Feuilles pétiolées, opposées, elliptiques ou obovées, 5,7 - 10 x 4 - 7 cm, arrondies ou obtuses au sommet, en coin à la base, glabres et un peu coriaces, plates; marge entière ou peu ondulée; nervures un peu proéminentes dessous.

Phénologie (Fleur)

Fleurs blanches ou jaunâtres sur des capitules pédonculés, contenant environ 25 fleurs; pétales 0.

Fruits

Fruits voir genre.

Reproduction

Floraison de septembre à janvier. Fructification d'octobre à avril.

Particularité

Cette espèce forme parfois des peuplements monodominants, dans le parc des Grandes Fougères notamment. Ce phénomène s'expliquerait par le comportement pionnier de cette espèce lui permettant de s'établir dans la savane à niaouli. Cette végétation monospécifique serait remplacée progressivement par une forêt composée d'un cortège d'espèces diverses.


Codia mackeeana est un arbre endémique du centre de la Grande-Terre en Nouvelle-Calédonie. On le trouve en forêt humide sur substrat volcano-sédimentaire de moyenne altitude. Bien qu'il puisse y avoir un impact lié aux espèces envahissantes (cerfs, cochons, pin des caraïbes) et des feux de brousse, cette espèce ne semble pas aujourd'hui directement menacée étant donné qu'une bonne régénération est constatée. Sa zone d'occupation (AOO) et sa zone d'occurrences (EOO) étant respectivement estimées à 48 et 1,288 km², Codia mackeeana est considéré quasi-menacé (NT) proche de VU B1ab(iii)+2ab(iii) avec un déclin de la qualité de l'habitat et un nombre de localités sensiblement supérieur à 10.

Aire géographique


Centre de la chaîne : région de Farino, La Foa, et Sarraméa : Parc des Grandes Fougères, col d’Amieu et de Moindou (Katrikoin) jusqu'au plateau de Tango, aussi signalé à Tchamba.

Population


3-5 sous-populations. Forme parfois peuplements monodominants, comportement pionnier

Habitat


En forêt humide de moyenne altitude sur roches métamorphiques de 300 à 550 m d'altitude

Menaces


Bien qu'il puisse y avoir un impact lié aux espèces envahissantes (cerfs, cochons, pin des caraïbes) et des feux de brousse, cette espèce ne semble pas aujourd'hui directement menacée étant donné qu'une bonne régénération est constatée.

Conservation


Cette espèce n'est pas protégée règlementairement mais est connue d'une aire protégée : Parc des Grandes Fougères.

Bibliographie


Morat, P.; Jaffré, T.; Tronchet, F.; Munzinger, J.; Pillon, Y.; Veillon, J.-M. and Chalopin, M. 2012. The taxonomic database « FLORICAL » and characteristics of the indigenous flora of New Caledonia. Adansonia(334) , p.177-219.

Helen Fortune Hopkins, Yohan Pillon, Ruurd Hoogland 2015. Flore de la Nouvelle-Calédonie : Cunoniaceae.

H. C. F. Hopkins, J. C. Bradford, B. Donovan, Y. Pillon, J. Munzinger, B. Fogliani 2015. Floral biology of the Cunoniaceae in New Caledonia and the role of insects, birds and geckos as potential pollinators.

Endemia.nc 2016. Faune et Flore de Nouvelle-Calédonie.

Experts


Assessor(s): Pillon, Y., Bruy, D., Butin, J., Fleurot, D., Gâteblé, G., Hequet, V., Letocart, D., Letocart, I., Tanguy, V., Tiavouane, J., Tron, F.

Reviewer(s): Fogliani, B.

Contributor(s): Couhia, J., Brinkert, M., Fortune-Hopkins, H.

Facilitator(s): Tanguy, V., Maura, J.


Répartition géographique